Drapeau de l’Afrique du Sud

Drapeau Afrique du Sud

Le drapeau sud-africain, considéré comme l’un des plus beaux du monde, est l’emblème national de la République d’Afrique du Sud. L’actuel drapeau est en vigueur depuis le 27 avril 1994, date des premières élections nationales non raciales qu’a connu ce pays en 342 années d’histoire et en 84 ans de démocratie parlementaire. Ce drapeau est tout simplement fascinant, riche en couleurs et en histoire.

Surnommé « la nation arc-en-ciel », l’Afrique du Sud est un pays exceptionnel. La société sud-africaine est multiculturelle, oscillant entre valeurs occidentales et africaines. C’est le pays de Nelson Mandela dit « Madiba », l’un des plus célèbres prisonniers politiques de notre ère.  

Histoire et signification d’un emblème 

Le drapeau sud-africain se veut le symbole de l’histoire et de la richesse du pays. Il est composé de six couleurs : vert, blanc, rouge, bleu, noir et jaune avec une structure en Y verte. La partie ouverte du Y est adossé au guindant, et doublée d’un liseré blanc en haut et en bas. La partie supérieure du drapeau est rouge et celle du bas est bleue.

Drapeau Afrique du Sud

Le drapeau de l’Afrique du Sud est la combinaison des couleurs de celui du parti de l’African National Congress (noir, jaune et vert) et de celui des anciennes Républiques Boers (rouge, vert, blanc et bleu). Les différentes couleurs représentent les différents peuples et groupes ethniques. La forme en Y symbolise également l’unification des divers groupes ethniques pour former une Afrique du Sud unie.

La couleur noire dans le drapeau sud-africain symbolise le peuple noir présent sur les terres avant la colonisation. Le jaune or représente les ressources naturelles de la terre comme les diamants. Le bleu et le rouge seraient les colonisateurs Néerlandais et Anglais. Le blanc est symbole de la démocratie et la couleur verte représente l’Union et la Paix entre les différents peuples. Ces peuplades, jadis individualisées, ont finir par se regrouper et s’unir pour une coexistence pacifique et former une nation. Cela est matérialisé par la partie verte où deux chemins se rencontrent, cela dans la paix et l’union. 

Une réinterprétation de l’emblème national 

Savant mélange de lignes pures et d’un aspect sauvage, alliage de tradition et de modernité, cet emblème est riche en significations. Si le noir, le vert et le jaune sont considérés comme des couleurs traditionnelles des mouvements noirs africains, le bleu, quant à lui, pourrait aussi représenter le ciel et les fleuves. De même, le blanc, dans un autre sens, représenterait la population à la peau claire ainsi que le symbole universel de la paix.

Le vert symboliserait la terre africaine et l’agriculture tandis que le jaune traduirait la richesse des sous-sols (diamants et autres métaux précieux). Le noir, sans se perdre en conjectures, symbolise la couleur de peau du peuple africain avant la colonisation, avant l’arrivée de  » l’homme blanc  » et enfin le rouge est le symbole du sang versé lors des affrontements entre populations blanche et noire, durant l’Apartheid notamment.

L’histoire incroyable de « la nation arc-en-ciel » : l’Afrique du Sud 

Anciennement connu comme étant le pays du grand chef-conquérant Zoulou, Chaka-Zoulou, l’Afrique du Sud a des origines qui remontent aux premières civilisations humaines. L’Afrique du Sud est considérée par les scientifiques comme l’un des berceaux de l’humanité, car depuis la préhistoire, la région était peuplée par des hominidés, il y a près de 3,3 millions d’années.

San et Khoi-Khoi, les deux premiers peuples reconnus, font partie du même groupe linguistique Khoisan et sont les plus anciens de toute cette région d’Afrique. Ensuite suivront, entre le VIIIe et XVIe siècle, les migrations progressives des populations bantouphones d’Afrique centrale et orientale vers le sud. De ces peuples immigrés Bantous sont issus les ethnies Zoulou, Xhosa, Swazi, Ndébélé, Sotho, Tswana et Venda, ses actuels habitants.

Cependant, dès 1652, les arrivants Néerlandais fondent la colonie « Le Cap » en y installant une escale de la Compagnie des Indes Orientales. L’expansionnisme des Boers, descendants des premiers colons, aboutira en 1775, plus d’un siècle après, aux premières rencontres avec les populations locales Bantou.

De ces rencontres naîtront, plus tard, différents conflits entre Anglais (d’autres colons arrivés sur ces riches côtes diamantifères et aurifères de l’Afrique Australe) et Boers, ou des conflits Bantou-Boer. C’est au gré de conflits et d’accords que sera rythmée la vie des populations locales et colonisatrices néerlandaises et anglaises. 

Une indépendance obtenue de hautes luttes

Toutes ces péripéties donneront naissance en 1910 à L’Union sud-africaine, avec cinq millions d’habitants. Dès 1911, les Afrikaners et les Britanniques mettent en place les premières lois de l’Apartheid, qualifié de « développement séparé ». De là, les mouvements de résistance de l’élite noire s’organiseront en 1912 pour aboutir à la création de l’African National Congress (ANC) en 1923, fer de lance de la lutte pour l’indépendance et la reconnaissance des droits des populations noires.

En 1961, l’Afrique du Sud prend le statut de république indépendante de la Grande-Bretagne. Après des dizaines d’années de lutte du peuple noir et un isolement international du régime de l’Apartheid, Nelson Mandela, l’icône de cette lutte, est libéré en 1990, après 27 années passées en prison.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *