Drapeau de l’Ukraine

Drapeau de l'Ukraine

L’Ukraine est un pays coloré sous un ciel d’azur. Cette ancienne république soviétique se trouve à l’intersection de deux mondes : d’un côté la Russie à l’est, dernier grand bastion du communisme, et de l’autre côté, l’Union européenne, représentant le capitalisme triomphant. 

Le drapeau national, approuvé par le parlement ukrainien comme symbole national de l’Ukraine le 28 janvier 1992, est composé de deux lignes horizontales proportionnelles, de couleurs bleue et jaune.

 Drapeau ukrainien

Les symboles d’État remplissent des fonctions sociales, politiques et représentatives, qui sont importantes pour le fonctionnement de l’État. Ce sont des symboles de souveraineté, d’indépendance et de la nationalité de l’État, qui le distinguent parmi d’autres entités politiques.

Drapeau de l'Ukraine
Le drapeau de l’Ukraine comporte deux brandes de couleur bleu et jaune, d’égales dimensions, .

La symbolique des couleurs du drapeau dépeint le paysage ukrainien. Le premier drapeau ukrainien adopté par le Conseil suprême en 1848, bicolore horizontal jaune-bleu, devient le drapeau de l’Ukraine indépendante en 1918 et fut repris en 1991. Le bleu représente le ciel et le jaune le blé, source de prospérité de l’Ukraine.

Autrement, le bleu représente le ciel, les montagnes et les rivières d’Ukraine et symbolise des opportunités illimitées.  Le jaune représente les champs de blé de l’Ukraine et symbolise la prospérité ; grâce à une fertilité exceptionnelle des sols et surtout grâce à la bienveillance et la générosité du ciel.

Le drapeau national ukrainien est un symbole qui rappelle le passé de ces paysans ruthènes orthodoxes qui refusaient la servitude et l’assimilation à toute domination étrangère, à tout envahisseur, depuis des siècles. C’est le signe de l’affirmation de son authenticité, de son identité nationale et religieuse, de son indépendance.

C’est là fierté d’un peuple de paysans heureux de travailler sous le ciel azur, toujours radieux, pour vaincre la faim, assurer la prospérité de la nation et sa libération de tout joug étranger. La bannière bleue et jaune ne sera jamais vaincue, elle résistera à toutes les péripéties de l’histoire.

Une singularité du drapeau  

Il convient de différencier le drapeau ukrainien de tout autre drapeau présentant une quelconque apparence commune. C’est là l’identité propre du drapeau ukrainien. Il s’agit des drapeaux suivants :

  1. Basse-Autriche, en Autriche
  2. Chemnitz, Ville de l’Ouest de la Saxe en Allemagne
  3. Biberach an der Riß, Ville allemande dans le Land de Bade-Wurtemberg
  4. Duché de Brunswick, principauté allemande. 
  5. Stara Kamienica, localité rurale dans le sud-ouest de la Pologne (Basse-Silésie. 
  6. Herrera, province du Panama
  7. État de Dholpur, ancien État princier des Indes.

Histoire de l’Ukraine 

L’Ukraine est une république à l’est du continent européen au bord de la mer Noire. Comme le nom de ce pays l’indique « frontière confins », cette ancienne République socialiste Soviétique se trouve géographiquement aux limites du continent européen. C’est un pays chargé d’une histoire millénaire, mais encore très peu connu.

D’un État slave à la Rus’ Kiévienne

Les origines de l’Ukraine nous mènent sur les traces du premier État slave oriental, fondé par des Scandinaves : la Rous’ de Kiev (ou Ruthénie chez les occidentaux), qui aux xe et xie siècles est le plus vaste et le plus puissant d’Europe, après l’Empire byzantin.

Les premières tribus slaves s’installèrent dans les contrées Nord de l’Ukraine aux VIIe et VIIIe siècles de notre ère, à la croisée des chemins de la Scandinavie, de l’Empire byzantin, de l’Europe centrale et de la mer Caspienne. Elles subissent l’influence des Vikings, fondateurs de Kiev, en 878. Cette région devient le terreau de la religion orthodoxe, sous la houlette de Constantinople (aux alentours de l’an 988). 

En 1240, l’E tat de Kiev tombe aux mains des Tatars pendant que les régions de Galicie – Volhynie restées autonomes assurent la pérennité tant politique que culturelle de l’Etat. Un siècle plus tard, la Grande Principauté de Lituanie alliée de la Pologne, évince les descendants de Gengis Khan (Mongols) pour s’emparer de la majorité du territoire ukrainien actuel.

Un peuple longtemps asservi

Pris entre le marteau et l’enclume : puissances russes et polonaises, cet État embryonnaire finira par admettre sa vassalité, malgré sa soif de vivre, et devenir au XVIIe siècle territoire russe. 

L’on assistera, à la suite de ces événements, à la création de l’hetmanat par Bogdan Khmelnitsky en 1648 après un soulèvement cosaque contre les polonais, lequel aboutira au traité d’autonomie ukrainienne signé en 1654 (traité de Pereïaslav avec la Russie) ; traité devenu caduque en dépit de tout sous Pierre le Grand et Catherine II. Ce peuple continuera de subir la domination de puissances étrangères durant les siècles à venir.

Ukrainiens et Ukrainiennes
Beau spectacle réunissant des enfants ukrainiens.

L’Ukraine de l’époque moderne 

Au 20ème siècle, la déstalinisation initiée par Khrouchtchev va permettre le développement de l’industrie lourde, un renouveau de l’agriculture et un nouvel essor de l’identité ukrainienne. Ce renouveau de la culture ukrainienne est cependant considérablement limité par une politique de répression.

Cette situation ne change qu’au lendemain de la Première Guerre Mondiale avec l’effondrement de ces deux empires. Ainsi, une Ukraine indépendante revoit le jour après des siècles de domination. 

Toutefois, cette indépendance se transforme en mirage. La signature du traité de Riga en mars 1921 consacre la partition de l’Ukraine entre belligérants russes et polonais. Le pays, majoritairement sous contrôle bolchevique, devient une République socialiste de l’Union soviétique, bénéficiant officiellement d’une autonomie relative. 

Il s’en suit une répression stalinienne avec la famine « artificielle » de 1933 et son lot de purges. Les Ukrainiens l’appellent « l’Holomodor  ». Cet « Holodomor » ou «  extermination par la faim » dont souffre l’Ukraine soviétique dès 1930 atteint son paroxysme en hiver 1933. C’est une « famine  artificielle » car le manque de vivres en Ukraine n’est pas le résultat d’une catastrophe naturelle : sécheresse, inondations, invasion acridienne. Il s’agit plutôt de la confiscation par l’État soviétique des denrées alimentaires indispensables pour la population locale. 

Céréales et autres produits agricoles sont enlevés aux fermiers, emmagasinés sous bonne garde en Ukraine, transportés en  Russie, ou vendus en Europe. La famine et ses ravages sont sans précédent : quatre à six millions de victimes. Staline accentue la collectivisation de l’agriculture ukrainienne car les récoltes rassemblées dans les entrepôts sont plus faciles d’accès pour les autorités que disséminés dans les fermes individuelles.

Chronologie des drapeaux de l’Ukraine

A travers l’histoire de l’Ukraine, le pays a connu différents drapeaux. Selon le contexte social en vigueur, l’on assiste à une mutation du drapeau . On peut citer :

  • Premier drapeau de la République populaire ukrainienne (1917).
  • Drapeau de la République populaire ukrainienne (1918-1920), de la République populaire d’Ukraine occidentale et de l’Hetmanat.
  • Première version du drapeau de la République socialiste soviétique d’Ukraine (1919–1929)
  • Deuxième version drapeau de la République socialiste soviétique d’Ukraine (1929–1937)
  • Troisième version du  drapeau de la République socialiste soviétique d’Ukraine (1937–1949)
  • Quatrième version du drapeau de la République socialiste soviétique d’Ukraine (1949–1991)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *