Drapeau de l’Autriche

Drapeau Autriche

Le drapeau autrichien, tel que nous le connaissons aujourd’hui, a été officiellement adopté le 1er mai 1945. Le drapeau de l’Autriche est composé de trois bandes horizontales de couleur rouge, blanche et rouge. La source la plus ancienne de ce drapeau est contenue dans un sceau conservé dans le monastère de Lilienfeld en Basse-Autriche et remonte à 1230. Avec le drapeau du Danemark, le drapeau autrichien est donc probablement l’un des plus anciens symboles nationaux au monde.

Description du drapeau de l’Autriche

La Constitution autrichienne ne précise pas les nuances de couleur du drapeau, mais il est dit aux membres des forces armées autrichiennes que le rouge sur les armoiries est le Pantone 186 C. Le drapeau autrichien rouge-blanc-rouge est presque identique à plusieurs autres drapeaux trouvés dans le monde, y compris :

  • les drapeaux de Bouillon et de Louvain en Belgique
  • le drapeau de Savone en Italie
  • les drapeaux de Dordrecht, Gouda, Hoorn et Leiden aux Pays-Bas
  • le drapeau de Puerto Asís en Colombie
Drapeau Autriche

Le drapeau autrichien aurait inspiré le drapeau national du Liban et les Stars and Bars utilisés par les États confédérés d’Amérique de 1861 à 1863.

Origine du drapeau de l’Autriche

Les couleurs du drapeau autrichien d’aujourd’hui, les trois bandes horizontales rouge-blanc-rouge, apparaissent dès 1230, comme des couleurs de la puissante famille Babenberg. Au 10ème siècle, l’empereur Otton Ier avait confié à cette famille l’administration de l’Ostmark, qui comprenait également une partie de la vallée du Danube.
Sur les origines de ces couleurs, il n’y a que des légendes.

Le plus célèbre raconte que le comte Léopold V de Babenberg, après le siège d’Acre (1187-1191) pendant la troisième croisade, avait sa robe blanche toute couverte de sang. Il n’y avait qu’une bande blanche sous la large ceinture qui tenait l’épée. Comme Léopold avait perdu son drapeau au combat, l’empereur Frédéric Barberousse lui en donna un nouveau avec des couleurs rouge-blanc-rouge.

Après l’extinction de la famille Babenberger en 1246, les couleurs rouge-blanc-rouge sont restées un insigne des territoires que les Babenberger avaient gouvernés. Lorsque les Habsbourg sont devenus les régents de l’Autriche (à partir de 1282), ils ont intégré ces couleurs dans leurs armoiries.

Dans la longue période où les Habsbourg régnaient en Autriche, leur empire n’avait pas un seul drapeau. Il y avait plutôt des drapeaux et des armoiries pour chaque territoire. Les couleurs rouge-blanc-rouge ne faisaient référence qu’à la partie que les Habsbourg avaient héritée directement des Babenberger.

Ce n’est qu’en 1806, lorsque Napoléon a annulé le Saint-Empire romain germanique, que l’Autriche est devenue un empire avec des structures et des symboles étatiques centraux. Le Grand-duché de Toscane avait ce drapeau quand il était sous le commandement des Habsbourg.

Les couleurs rouge-blanc-rouge furent également celles du drapeau de la République d’Autriche de 1919 à 1938. Avec l’annexion de l’Autriche à l’Allemagne hitlérienne en 1938, tous les symboles de l’Autriche ont été abolis et remplacés par ceux de l’Allemagne. Ce n’est qu’avec la fin du nazisme en 1945 que le drapeau autrichien traditionnel est revenu.

Le drapeau de l’État autrichien

Le drapeau national (Bundesdienstflagge), qui représente la République autrichienne, se distingue du drapeau générique par les armoiries nationales autrichiennes au centre. Il n’est utilisé que par les organes de l’État et l’armée autrichienne.

Introduit en 1919 au début de la première république, le symbole reprend les armoiries de l’Empire austro-hongrois (qui tire son origine de celui utilisé par le Saint Empire romain germanique). L’aigle, au lieu d’être bicéphale, a une seule tête avec un à gauche pour représenter l’Autriche.

Au milieu est reproduit l’ancien écu de l’archiduc d’Autriche avec les couleurs rouge et blanche. Pour symboliser les classes, l’aigle tient avec ses pieds un marteau et une faucille. Après 1945, une chaîne brisée a été ajoutée.

Les armoiries de l’Autriche

Depuis le Moyen Âge, les armoiries de l’empereur romain germanique étaient l’aigle à deux têtes. La deuxième tête de l’aigle distinguait la position de l’empereur de celle d’un roi qui ne pouvait avoir qu’un aigle « normal » comme symbole. Dans la main droite, l’aigle tenait l’épée et dans la main gauche, le globe impérial surmonté d’une croix. L’épée et le globe étaient les deux symboles du pouvoir impérial.

Lorsque l’Autriche, en 1806, devint un empire autonome, elle conserva ce symbolisme. Parmi les symboles du pouvoir, l’aigle tenait, en plus de l’épée, un sceptre dans sa main droite. Depuis la naissance de la Double Monarchie Autriche-Hongrie en 1867, les deux têtes ont également été interprétées comme un symbole de ce nouveau duopole.

L’aigle est de retour mais avec seule une tête. A noter quelques symboles importants. Le marteau dans la main gauche représente les ouvriers. La faucille dans la droite les paysans et les murs crénelés sur la tête représente la bourgeoisie des villes. Le blason symbolise donc l’unité et la coexistence pacifique de ces classes sociales. Les chaînes brisées rappellent la libération du nazisme en 1945.

La cocarde de l’Autriche

L’emblème national (cocarde) est un triangle équilatéral blanc avec la pointe vers le bas dans un disque rouge. Il a été introduit en 1936. Ce type d’emblème s’est avéré nécessaire avec l’avènement des avions et des chars. Dans le cas des navires, la nationalité est indiquée par le pavillon de guerre. Les avions utilisent la cocarde ou une modification du drapeau de guerre. Cet emblème est maintenant utilisé pour de nombreux véhicules militaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *